Page:Saint-Amant - Œuvres complètes, Livet, 1855, volume 1.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ainsi, pour comble de joye,
Du faux renard de Savoye [1]
Puissions-nous venir à bout,
Et mieux qu’on ne fist à Troye
Dans Thurin saccager tout.

Ainsi puisse en Italie,
Avant qu’un avril r’allie
L’espine et le rossignol,
De tout point estre avilie
La fierté de l’Espagnol.

Ô que la desbauche est douce !
Il faut qu’en faisant carrousse
Ma fluste en sonne le pris ;
Et que sur Pegase en housse,
Je la monstre aux beaux esprits.

Celui quy forgea ces rimes
Dont Bacchus fait tous les crimes,
C’est le bon et digne Gros,
Qui voudroit que les abîmes
Se trouvassent dans les brocs [2].



ORGYE.


Sus, sus, enfans ! qu’on empoigne la coupe !
Je suis crevé de manger de la soupe.
Du vin ! du vin ! cependant qu’il est frais,
Verse, garçon, verse jusqu’aux bords,

  1. Charles-Emmanuel, duc de Savoie, qui viola le traité d’alliance signé avec la France pour s’unir aux Espagnols. Richelieu marcha contre lui en personne, et, le 14 mai 1630, le roi lui-même força Chambéry à se rendre.
  2. Ces cinq derniers vers se trouvent imprimés à part dans