Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Souris ! Par le chemin léger de ton haleine
Un ange s’est blotti sous ta peau de baiser.
Retourne vers le peuple et dis-lui, Magdeleine,
Qu’une larme a suffi pour te diviniser ! »