Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans les ténèbres ; et à l’Assomption de cette année, M. le Duc servit seul à la communion du roi, sans qu’aucun duc fût averti. Je l’appris à Forges ; je sus que la surprise avoit été grande, et que le duc de La Force, qui auroit dû servir et le maréchal de Boufflers, étoient à la chapelle. J’écrivis à ce dernier que cela n’étoit jamais arrivé, que moi-même j’avois servi avec les princes du sang et avec M. le Duc lui-même, et il n’y avoit pas même longtemps ; que cela étoit aisé à vérifier sur les registres de Desgranges, maître des cérémonies, et ce que je crus enfin qu’il falloit faire pour ne pas faire cette perte nouvelle. On visita le registre et on le trouva écrit et chargé de ce que j’avois mandé et de quantité d’autres pareils exemples. Mais la mollesse et la misère des ducs n’osa branler. Je m’en étois douté, et j’avois en même temps écrit à M. le duc d’Orléans, en Espagne, tout ce que je crus le plus propre à le piquer, et par rapport à la conservation de sa distinction sur les princes du sang, à ne pas souffrir cette usurpation sur les ducs pour s’égaler par là à lui en ce qu’il étoit possible. À son retour je fis qu’il en parla au roi ; le roi s’excusa, M. le Duc dit qu’il n’y avoit point eu de part. M. le duc d’Orléans pressa, tout timide qu’il étoit avec le roi, qui répondit que c’étoient les ducs qui d’eux-mêmes ne s’y étoient pas présentés. Mais comment l’eussent-ils fait sans être avertis ? et comment le roi lui-même l’eût-il trouvé ? Bref, il n’en fut autre chose, et cela est demeuré ainsi.

Piqué, et peu pressé de retourner à la cour, je m’en allai de Forges à la Ferté, où Mme de Saint-Simon me vint trouver de Rambouillet, où Mme la duchesse d’Orléans l’avoit engagée d’aller avec elle et quelques autres dames. Nous demeurâmes trois semaines à la Ferté. La cour étoit à Fontainebleau, où je ne voulois point aller. Plus sage que moi, Mme de Saint-Simon m’y entraîna. Je n’allai faire ma révérence au roi que le surlendemain de mon arrivée, et dans l’instant je me retirai et sortis. Apparemment il remarqua