Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du roi, et de sa sœur, qui l’aimoient et la craignoient, la visitoient continuellement, ainsi que tout ce qui étoit de plus distingué à la cour. Monsieur y alloit souvent, et il n’y avoit point de ministre qui ne comptât avec elle. Tout jeune que j’étois alors, j’étois admis chez elle avec bonté, par la parenté et l’amitié de ma mère. Je me souviens qu’elle étoit au fond de son cabinet, d’où elle ne partoit pour personne, et même ne se levoit guère. Elle avoit les yeux fort chassieux, avec du taffetas vert dessus, et une grande bavette de linge qui lui prenoit sous le menton. Ce n’étoit pas sans besoin : elle bavoit sans cesse et fort abondamment. Dans cet équipage ; elle sembloit à son air et à ses manières la reine du monde ; et tous les soirs, avec sa bavette et son taffetas vert, elle se faisoit porter en chaise au haut du petit escalier du roi, entroit dans ses cabinets, et y étoit avec lui et sa famille assise dans un fauteuil, depuis la fin du souper jusqu’au coucher du roi. On prétendoit qu’elle avoit encore plus d’esprit que Mme de Montespan, et plus méchante. Là elle tenoit le dé et disputoit, et souvent aigrement contre le roi qui aimoit à l’agacer. Avec des choses fort plaisantes, elle étoit impérieuse et glorieuse au dernier point. Elle vantoit toujours sa maison au roi, en effet grande et ancienne ; et le roi, pour la piquer, la raboissoit toujours. Quelquefois de colère elle lui disoit des injures, et plus le roi en riait, plus sa furie augmentoit. Un jour étant là-dessus, le roi lui dit qu’avec toutes ses grandeurs, elle n’en avoit aucune de celles de la maison de Montmorency, ni connétables ni grands maîtres, etc. « Cela est plaisant, répondit-elle, c’est que ces messieurs-là d’auprès de Paris étoient trop heureux d’être à vous autres rois, tandis que nous, rois dans nos provinces, nous avions aussi nos grands officiers comme eux, des gentilshommes d’autour de nous. » C’étoit la personne du monde qui demeuroit le moins court, qui s’embarrassoit le moins, et qui très souvent embarrassoit le plus la compagnie. Elle ne sortoit presque jamais