Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ni sa nouvelle préséance sur la maison de Lorraine, ne changeroit rien à sa cour, où il avoit le rang de grand d’Espagne, comme il l’étoit, et qu’il étoit à propos qu’il n’imaginât pas d’y en avoir d’autre, ni aucune préférence au delà en rien.

On peut juger de la rage, du dépit, de la honte, de la douleur de l’oncle et des nièces d’une pareille issue de tant d’habiles excogitations, et de tant de soins, de peines et de menées pour parvenir à ce qui venoit de s’exécuter. Mais l’art surpassa la nature. Ils comprirent tout d’un coup que le mal étoit sans remède ; ils en avalèrent le calice tout d’un trait, et ils eurent assez de sens rassis pour comprendre qu’il ne restoit plus que la faveur et la considération première à sauver ; que paroître piqué, mécontent, prétendant, ce seroit en vain montrer sa faiblesse, avec sûreté, non seulement de ne pas réussir, mais encore de déplaire et de se livrer à découvert à beaucoup de choses fâcheuses, dès que les bouches, que leur faveur avoit tenues closes, oseroient s’ouvrir ; que d’une conduite contraire et soumise, ils tireroient un gré infini d’un roi qui se plaisoit à se faire obéir sans réplique, et point du tout à être tracassé, conséquemment une continuation pour le moins du même brillant et de la même considération.

Pour cette fois ils ne se trompèrent pas. M. de Vaudemont s’ôta enfin tout à coup toutes chimères de la tête ; ses jambes en même temps s’affermirent ; il vit le roi plus assidûment et plus longuement aux heures de cour ; il [y] alla d’ailleurs un peu davantage. Le roi, content d’une conduite qui l’affranchissoit d’importunités, redoubla pour lui d’égards et d’attentions, mais de celles qui, sur les prétentions possibles, ne pouvoient pas être douteuses, et qui les exclurent toujours ; et le monde fut étonné de voir presque tout à coup un cul-de-jatte ingambe, et marchant au moins à peu près comme un autre, et sans se faire appuyer ni porter. Je vis cela avec plaisir, et ne me contraignis pas d’en rire.

Mais tout cela ne put apaiser les Lorrains, qui rompirent