Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


emplois qu’il leur devoit l’avoit fait changer extérieurement de parti, comment, dis-je, ce Protée pouvoit avoir enchanté si complètement le roi et tout ce qui avoit le plus d’accès auprès de lui en tout genre. Ce scandale ne trompoit pas le duc d’Albe, ni ceux qui pensoient comme lui.

Vaudemont, comblé au point qu’on vient de voir, et avec un intérêt si capital de conserver tout ce qu’il venoit d’obtenir et d’entretenir cette considération éclatante, ne put commencer enfin à devenir fidèle. Le succès de ses artifices lui donna la confiance de les continuer ; tout ce qu’il vit et reçut de notre cour ne put le réconcilier avec elle, et ne servit qu’à la lui faire mépriser. Il y resserra de plus en plus ses anciennes et intimes liaisons avec ses ennemis, et logé dans Paris au temple de la haine contre les Bourbons, avec des Lorraines si dignes des Guise, lui si digne aussi du trop fameux abbé de Saint-Nicaise dom Claude de Guise, ils y passoient leur vie en trahisons. Barrois, depuis le rétablissement du duc de Lorraine, son envoyé ici, logeoit avec eux. C’étoit un homme d’esprit, de tête et d’intrigue, qui se fourroit beaucoup, et qui avoit l’art de se faire considérer. Tout ce qu’ils pouvoient découvrir de plus secret sur les affaires, et soit par la confiance qu’on avoit prise en Vaudemont, soit par l’adresse qu’il avoit, lui, ses nièces et Barrois, par diverses voies, de savoir beaucoup de choses importantes, ils en étoient fort bien informés ; ils les mandoient au duc de Lorraine, et ce qui étoit trop important pour le confier au papier se disoit à Lunéville dans leurs courts et fréquents voyages, sans toutefois que Barrois bougeât jamais de Paris ou de la cour, tant pour demeurer au fil des affaires que pour paroître ne se mêler de rien, et ne donner aucun soupçon par ses absences. De Lunéville, les courriers portoient cet avis à Vienne. Le ministre que l’empereur tenoit auprès du duc de Lorraine entroit avec eux dans ce conseil, qu’ils tenoient sur la manière de profiter de leurs découvertes, et de la conduite à tenir pour y mieux réussir.