Page:Saint-Victor - Tableau historique et pittoresque de Paris, 1827, T4 P1.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de Quesnel, sans en excepter une seule, ont été justement condamnées[1] ; qu’un cardinal qui se mettoit en révolte contre le pape étoit peut-être plus condamnable encore que Quesnel ; que le jésuite, directeur de la conscience de

1 « A son retour de Rome, dit le duc de Saint-Simon, Amelot me conta que le pape l’avoit pris en amitié, et qu’il gémissoit de se voir la boule et l’instrument du plus fort des partis de l’Église de France, tellement qu’après s’être laissé aller à donner la Constitution, dans la persuasion où les lettres de Le Tellier l’avoient mis, que le roi étoit le maître absolu de tout son royaume, il se trouvoit dans l’embarras. »

« Là dessus, Amelot, qui le savoit bien, lui demanda pourquoi il ne s’étoit pas contenté de censurer en gros quelques propositions de Quesnel, au lieu de faire une censure baroque de cent et une : « Eh ! M. Amelot, que vouliez-vous, dit le pape, que je fisse ? Le Tellier avoit assuré le roi qu’il y avoit dans ce livre plus de cent propositions censurables : il n’a pas voulu passer pour menteur ; on m’a tenu le pied sur la gorge pour s’en mettre plus de cent. »

« Amelot, ajoute-t-il, étoit vrai et avoit de la probité. » Permis au duc de Saint-Simon de le croire, et, en bon janséniste, de trouver cette anecdote tout à fait vraisemblable. Quant à nous, nous ne craindrons pas de prononcer hardiment que cet honnête et véridique M. Amelot a fait un impudent et grossier mensonge ; et, en effet, pour que la chose fût vraie, deux conditions seroient nécessaires : la première, que Clément XI eût été un malhonnête homme, absolument sans foi, ni loi ; la seconde, qu’il eût eu la bonhomie d’en convenir. Tout, dans ce misérable conte, jusqu’au ton indécent de cette prétendue conversation, outrage le sens commun et décèle l’imposture.

Cependant aujourd’hui encore, et lorsqu’après plus d’un siècle on sait sans doute à quoi s’en tenir sur le livre de Quesnel, il se trouve des écrivains qui répètent gravement cette prodigieuse sottise comme une vérité historique des plus incontestables.