Page:Sainte-Beuve - Poésies 1863.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Que ferons-nous alors, mon âme ? que ferai-je,
Sinon de déployer ce qu’aujourd’hui j’abrège,
De rouvrir en pleurant tous mes bonheurs secrets,
Et, n’en jouissant plus, de les chanter après[1] ?



XVII


· · · · · · · · · · · · · · ·

Printemps qui sitôt rachète
Les mois perdus et les ans !
Fraîcheur facile et parfaite
Au sortir des maux pesants !
Germes que la terre enfante,
Désirs dont l’âme s’enchante,
Après d’amères rigueurs !
Prompt oubli dans la vallée,
Source en nous renouvelée,
Rajeunissement des cœurs !

Hier la grêle et la tempête
Sur nous roulaient en éclats ;

  1. « Je n’ai jamais conçu l’amour sans le mystère, et là où était le mystère, là pour moi déjà était l’amour. » (Pensées de Joseph Delorme.) — Kρυπταδιή φιλότης, a dit Mimnerme, — Mimnerme, ce huitième Sage de la Grèce, celui qu’on aurait droit d’appeler le Sage du plaisir.