Page:Sainte-Beuve - Port-Royal, t1, 1878.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
401
LIVRE DEUXIÈME.

divine pour la conversion de ses deux aînés. M. de Saint-Cyran était allé voir à Port-Royal madame Le Maître et la consoler sur la nouvelle de ce désastre de Philisbourg, où son fils peut-être avait péri ; car on ne savait rien avec certitude dans ces premiers moments. Madame Le Maître aimait plus tendrement qu’aucun autre de ses fils M. de Séricourt, homme bien aimable en effet, doux, délicat, qui s’était aguerri vaillamment au métier dés armes, et que ses dangers mêmes rendaient plus précieux au cœur maternel. Mère si chrétienne, c’était pourtant son Benjamin, et, plus tard, quand il mourut (1650), on la verra mourir de sa mort. Dans sa douleur donc, dans cette affreuse idée surtout qu’il pouvait avoir péri sans être disposé, elle dit à M. de Saint-Cyran qui la visitait et lui adressait de bonnes paroles : « J’ai un fils que j’espère se devoir donner à Dieu ; c’est l’unique consolation que vous puissiez me procurer à présent, que d’avoir la bonté de le voir et de le conduire.» C’était de M. de Saci, âgé de vingt-deux ans, qu’elle parlait. M. de Saint-Cyran s’en chargea, lui fit prendre dès lors la soutane, et la vue édifiante de ce jeune frère contribua beaucoup à préparer les aînés. Ces renversements de nature, par lesquels le plus jeune conduit et précède les autres, sont fréquents dans Port-Royal et dans l’ordre chrétien dont ils font comme l’ornement et la grâce.

M. de Séricourt était donc très-ébranlé déjà quand il arriva de l’armée à Paris dans les commencements de la retraite et de la pénitence de M. Le Maître ; mais rien

    le quatrième. Un autre, appelé M. de Saint-Elme, et le cinquième, M. de Valemont, ne font pas grande figure, bien qu’honnêtes gens. — Ce nom de Saci {ou Sacy) paraît être l’anagramme d'Isaac. Par la suite, les solitaires de Port-Royal déguisaient volontiers leurs noms de la sorte, comme pour moins s’écarter de la vérité : un Père Vachot (de l’Oratoire) s’appelait par anagramme M. Chatou. Nicole prenait quelquefois le nom de Constant, de sa mère : à la fois, autant que possible, fugere nec fingere.