Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
LA PETITE FADETTE.

gardait tout cela avec indifférence et sétonnait que son frère prît tant à cœur des choses qui ne lui étaient de rien. Il était ombrageux de tout, et disait à Landry :

— Te voilà bien épris de ces grands bœufs ; tu ne penses plus à nos petits taurins qui sont si vifs et qui étaient pourtant si doux et si mignons avec nous deux, qu’ils se laissaient lier par toi plus volontiers que par notre père. Tu ne m’as pas seulement demandé des nouvelles de notre vache qui donne du si bon lait, et qui me regarde d’un air tout triste, la pauvre bête, quand je lui porte à manger, comme si elle comprenait que je suis tout seul, et comme si elle voulait me demander où est l’autre besson.



Au loup ! au loup ! le vilain besson… (Page 12.)

— C’esl vrai qu’elle est une bonne bête, disait Landry ; mais regarde donc celles d’ici ! tu les verras traire, et jamais de ta vie tu n’auras vu tant de lait à la fois.

— Ça se peut, reprenait Sylvinet, mais pour être d’aussi bon lait et d’aussi bonne crème que la crème et le lait de la Brunette, je gage bien que non, car les herbes de la Bessonnière sont meilleures que celles de par ici.

— Diantre ! disait Landry, je crois bien que mon père échangerait pourtant de bon cœur, si on lui donnait les grands foins du père Caillaud pour sa joncière du bord de l’eau !

— Bah ! reprenait Sylvinet en levant les épaules, il y a dans la joncière des arbres plus beaux que tous les vôtres, et tant qu’au foin, s’il est rare, il est fin, et quand on le rentre, c’est comme une odeur de baume qui reste tout le long du chemin.

Ils disputaient ainsi sur rien, car Landry savait bien qu’il n’est point de plus bel avoir que celui qu’on a, et Sylvinet ne pensait pas à son avoir plus qu’à celui d’autrui, en méprisant celui de la Priche ; mais au fond de toutes ces paroles en l’air, il y avait, d’une part, l’enfant qui était content de travailler et de vivre, n’importe où et comment, et de l’autre, celui qui ne pouvait point comprendre que son frère eût à part de lui un moment d’aise et de tranquillité.

Si Landry le menait dans le jardin de son maître, et que tout en devisant avec lui, il s’interrompît pour couper une branche morte sur une ente, ou pour arracher une mauvaise herbe qui gênait les légumes, cela fâchait Sylvinet, qu’il eût toujours une idée d’ordre et de service pour autrui, au lieu d’être comme lui à l’affût du moindre