Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
41
LA PETITE FADETTE.

bien heureux d’être ensemble et de voir qu’ils s’aimaient plus qu’ils ne s’étaient jamais aimés.



Jamais il n’avait vu tant d’argent à la fois. (Page 42.)

Comme le jour approchait, Landry commença pourtant à perdre courage, et il priait Fanchon de le cacher dans son grenier pour qu’il pût encore la voir la nuit suivante. Mais, comme toujours, elle le ramena à la raison. Elle lui fit entendre qu’ils n’étaient plus séparés pour longtemps, car elle était résolue à rester au pays.

— J’ai pour cela, lui dit-elle, des raisons que je te ferai connaître plus tard et qui ne nuiront pas à l’espérance que j’ai de notre mariage. Va achever le travail que ton maître t’a confié, puisque, selon ce que ma marraine m’a conté, il est utile à la guérison de ton frère qu’il ne te voie pas encore de quelque temps.

— Il n’y a que cette raison-là qui puisse me décider à te quitter, répondit Landry ; car mon pauvre besson m’a causé bien des peines, et je crains qu’il ne m’en cause encore. Toi, qui es si savante, Fanchonnette, tu devrais bien trouver un moyen de le guérir.

— Je n’en connais pas d’autre que le raisonnement, répondit-elle ; car c’est son esprit qui rend son corps malade, et qui pourrait guérir l’un guérirait l’autre. Mais il a tant d’aversion pour moi, que je n’aurai jamais l’occasion de lui parler et de lui donner des consolations.

— Et pourtant tu as tant d’esprit, Fadette, tu parles si bien, tu as un don si particulier pour persuader ce que tu veux, quand tu en prends la peine, que si tu lui parlais seulement une heure, il en ressentirait l’effet. Essaie-le, je te le demande. Ne te rebute pas de sa fierté et de sa mauvaise humeur. Oblige-le à t’écouter. Fais cet effort-là pour moi, ma Fanchon, et pour la réussite de nos amours aussi, car l’opposition de mon frère ne sera pas le plus petit de nos empêchements.

Fanchon promit, et ils se quittèrent après s’être répété plus de deux cents fois qu’ils s’aimaient et s’aimeraient toujours.

XXXIII.

Personne ne sut dans le pays que Landry y était venu. Quelqu’un qui l’aurait pu dire à Sylvinet l’aurait fait retomber dans son mal. Il n’eût point pardonné à son frère d’être venu voir la Fadette et non pas lui.

À deux jours de là, la petite Fadette s’habilla très-pro-