Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
ANDRÉ



En parlant ainsi, Geneviève, s’appuyant sur le vase de fleurs…
(Page 47.)

— Soit. Je vous disais donc qu’on ne voit presque pas où l’eau commence, tant cela est plein d’herbes. Sur les bords il y a une espèce de gazon mou où vous croyez pouvoir marcher ; pas du tout : c’est une vase verte où vous enfoncez au moins jusqu’aux genoux, et très-souvent jusque par-dessus la tête.

— La tradition du pays, reprit André, est qu’autrefois il y avait un château à la place de cet étang. Une belle nuit le diable, qui avait fait signer un pacte au châtelain, voulut emporter sa proie et planta sa fourche sous les fondations. Le lendemain on chercha le château dans tout le pays ; il avait disparu. Seulement on vit à la place une mare verte dont personne ne pouvait approcher sans enfoncer dans la vase, et qui a gardé le nom de Château-Fondu.

— Voilà un conte comme je les aime, dit Geneviève.

— Ce qui accrédite celui-là, reprit André, c’est que dans les chaleurs, lorsque les eaux sont basses, on voit percer çà et là des amas de terres ou de pierres verdâtres que l’on prend pour des créneaux de tourelles.

— Je ne sais ce qui en est, dit Joseph ; mais il est certain que mon chien, qui n’est pas poltron, qui nage comme un canard, et qui est habitué à barboter dans les marais pour courir après les bécassines, a une peur effroyable du Château-Fondu ; il semble qu’il y ait là je ne sais quoi de surnaturel qui le repousse ; je le tuerais plutôt que de l’y faire entrer.

— C’est un endroit tout à fait merveilleux, dit Geneviève. Est-ce bien loin d’ici ?

— Oh ! mon Dieu, non, dit André, qui mourait d’envie de rencontrer encore Geneviève dans les prés.

— Pas bien loin, pas bien loin ! dit Joseph ; il y a encore trois bonnes lieues de pays. Mais voulez-vous y aller, mademoiselle Geneviève ?

— Non, monsieur ; c’est trop loin.

— Il y aurait un moyen : je mettrais mon gros cheval à la patache, et…

— Oh ! oui, oui ! s’écrièrent Henriette et ses ouvrières ! menez-nous au Château-Fondu, monsieur Joseph !

— Et nous aussi ! s’écrièrent les petites sœurs de Joseph ; nous aussi, Joseph ! En patache, ah ! quel plaisir !

— J’y consens si vous êtes sages. Voyons, quel jour !

— Pardine ! c’est demain dimanche, dit Henriette.