Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
HORACE.

tend goutte. C’était bon dans les temps ! Moi je vais prendre un autre métier pourvu que ça me rapporte de l’argent.



Au premier feu de la troupe, mon pauvre Jean tombe. (Page 11.)

— Voilà un sale crétin ! me dit Horace en se penchant vers mon oreille. Son âme est aussi crasseuse que sa blouse ! »

Je ne partageais pas le mépris d’Horace. Je ne connaissais presque pas le Masaccio, mais je le savais intelligent et laborieux. M. Delacroix en faisait grand cas, et ses camarades avaient de l’estime et de l’amitié pour lui. Il fallait qu’une pensée que je ne comprenais pas fût cachée sous ces manifestations de cupidité ingénue ; et comme il avait déclaré, en commençant, n’avoir rien de secret à me dire, je prévoyais bien que ce secret ne sortirait pas aisément. Il ne fallait, pour se convaincre de l’obstination du Masaccio, et en même temps pour pressentir en lui quelque motif non vulgaire, que regarder sa figure et observer ses manières.

C’était le type peuple incarné dans un individu ; non le peuple robuste et paisible qui cultive la terre, mais le peuple artisan, chétif, hardi, intelligent et alerte. C’est dire qu’il n’était pas beau. Cependant il était de ceux dont les camarades d’atelier disent : « Il y a quelque chose de fameux à faire avec cette tête-là ! » C’est qu’il y avait dans sa tête, en effet, une expression magnifique, sous la vulgarité des traits. Je n’en ai jamais vu de plus énergique ni de plus pénétrante. Ses yeux étaient petits et même voilés, sous une paupière courte et bridée ; cependant ces yeux là lançaient des flammes, et le regard était si rapide qu’il semblait toujours prêt à déchirer l’orbite. Le nez était trop court, et le peu de distance entre le coin de l’œil et la narine donnait au premier aspect l’air commun et presque bas à la face entière ; mais cette impression ne durait qu’un instant. S’il y avait encore de l’esclave et du vassal dans l’enveloppe, le génie de l’indépendance couvait intérieurement et se trahissait par des éclairs. La bouche épaisse, ombragée d’une naissante moustache noire, irrégulièrement plantée ; la figure large, le menton droit, serré et un peu fendu au milieu ; les zygomas élevés et saillants ; partout des plans fermes et droits, coupés de lignes carrées, annonçaient une volonté peu commune et une indomptable droiture d’intention. Il y avait à la commissure des narines des délicatesses exquises pour un adepte de Lavater ; et le