Page:Sand - Antonia.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sait, dans les entr’actes, les honneurs de la capitale et du théâtre. Il lui montrait la loge du roi, le parterre, le lustre ; il lui expliquait même la pièce et l’importance de chaque personnage.

— Vous allez voir une belle pièce, lui disait-il avant le lever du rideau. Vous ne comprendrez peut-être pas bien, parce que c’est en vers. Moi, je l’ai lue avec mon parrain Julien ; c’est une pièce qu’il aime beaucoup, et il m’a tout expliqué comme si c’était en prose. Quand vous ne comprendrez pas, mademoiselle, il faudra me demander.

— Tu bavardes comme une pie, lui dit sa mère. Est-ce que tu crois que madame ne connaît pas Corneille mieux que toi ?

— Ah ! c’est possible ; mais elle n’est peut-être pas aussi savante que mon parrain !

— Madame se soucie bien de la science de ton parrain ! Tu t’imagines que tout le monde le connaît !

— Ah bien ! si vous ne le connaissez pas, dit Juliot en s’adressant à madame d’Estrelle, je vais vous le montrer. Il n’est pas loin d’ici, allez !

— Comment ! dit Marcel contrarié, il est là ? tu le vois ?

— Oui, je le vois depuis un bon bout de temps. Il aime tant ça, Polyeucte ! Il l’a vu jouer plus de dix fois, je suis sûr ! Tenez, regardez au parterre, la troisième banquette devant nous. Il nous tourne le dos ; mais je le reconnais bien, pardi ! Il a son habit de prunelle noire et son chapeau à ganses.