Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 1.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
252
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND


CVI

À M. CHARLES DUVERNET, À LA CHÂTRE


Paris, 5 juillet 1833.


Vous avez raison, mon ami, de compter sur mon amitié inaltérable. J’apprends avec joie la bonne nouvelle, et je partage tout votre bonheur de mari, tout votre orgueil de père. Faites mon compliment à l’accouchée et embrassez-la de ma part, ainsi que cette vieille grand’mère de madame Duvernet, bien vexée, n’est-ce pas, de porter un pareil titre ?

Enfin vous êtes donc tous bien heureux, mes amis ! Je regrette de n’être pas au milieu de vous, comme j’y étais le jour de vos noces, pour voir toutes vos figures épanouies, pour serrer toutes vos mains affectueuses. Quand vous me disiez jadis que vous aviez horreur des moutards, je savais bien que vous trouveriez les vôtres beaux et bons. Les miens, je vous le disais, et je vous le dis encore, me donnent les seules joies réelles de ma vie. Vous ne me dites pas comment s’appelle ce bienvenu. C’est une chose intéressante qu’un nom de baptême, à laquelle j’attache autant d’idées que le père de Tristram Shandy. Il ne se nomme, j’espère ni Artaxercès, ni Épaminondas, ni Polyphème, ni Polyperchon ?