Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

dire. J’ai toujours hors de la maison, les mêmes douleurs de famille. Je travaille, j’attends le 10 décembre comme tout le monde. Il y a là un gros nuage, ou une grande mystification, et il faut s’avouer impuissant devant cette fatalité politique d’un nouvel ordre dans l’histoire : le suffrage universel.

Adieu, ami.

À vous de toute mon âme.
GEORGE.


CCXCI

À M. ARMAND BARBÈS, AU DONJON DE VINCENNES


Nohant, 8 décembre 1848.


Cher ami,

Voilà trois ou quatre lettres que je vous écris, que je fais porter à Paris, et qu’on ne trouve pas le moyen de vous faire passer, apparemment parce qu’on s’y prend mal, ou qu’il y a entre vous et moi un guignon particulier. Je vous envoie la dernière, pour que vous voyiez que je n’ai pas cessé de penser à vous.

Cette fois, on m’assure qu’on réussira à vous faire tenir ma lettre. Ce qui fait que je n’insiste pas trop, c’est que je n’ai rien de pressé et de particulier à vous dire en fait de politique. Sur ce chapitre-là, je