Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
209
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

dans un filet qui vous attend pour vous étrangler.

Or l’entourage de Ledru attend celui de Louis Blanc pour lui rendre cet office. Ce qui est arrivé arrivera.

Vous pensez, mon ami, que je vois trop la question de personnes ; mais enfin les personnes représentent des principes, et, vous-même, vous voyez bien que vous êtes arrêté devant Louis Blanc par une formule. Il dit : À chacun suivant ses besoins. C’est le premier terme d’une formule triple bien simple, et qui est dans l’esprit de chacun. Vous admettez le second terme : À chacun suivant ses œuvres.

Le troisième sera celui des saint-simoniens, qui ne valait rien, isolé et exclusif, mais qui a sa valeur et son droit, joint aux deux autres : À chacun suivant sa capacité.

Oui, je crois qu’il faut admettre ces trois termes pour arriver à un résumé complet de la doctrine sociale. Mais je ne vois pas que Louis Blanc, qui s’est attaché particulièrement à la première question, se soit prononcé contre les deux autres, et je crois cette première indispensable pour que les deux autres puissent exister. À l’homme épuisé, mourant de misère, d’ignorance et d’abrutissement, il faut le pain avant tout. Tant qu’on ne voudra s’occuper du pain qu’après tout le reste, l’homme mourra au physique et au moral. Je ne vois pas, d’ailleurs, dans la formule simple de Louis Blanc une solution matérialiste.

Qu’on développe et qu’on dise : « À chacun suivant