Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

sommée, et qu’une dernière pierre la retient encore ! Voulez-vous donc être cette dernière pierre, la clef de cette voûte impure, vous qui haïssez les impuretés dans le fond de votre cœur, et qui reniez le culte de Mammon à la face de la terre, dans vos élans lyriques ?

Si cette société d’hommes d’affaires à laquelle vous vous abaissez s’occupait franchement de l’émancipation de la famille humaine, je vous admirerais comme un saint, et je dirais que c’est joindre la douceur de Jésus à son génie, que de manger à la table des centeniers pour les amener à la vérité. Mais vous savez bien que vous n’amènerez pas de pareils résultats. Ce miracle de convertir et de toucher les âmes corrompues ou abruties n’est que dans la main de l’Éternel, et il paraît que ce n’est point par là qu’il veut entamer la régénération, puisqu’il n’éclaire et n’attendrit aucune de ces âmes ; c’est par-dessous qu’il travaille, et tout le dessus semble devoir être écarté comme une vaine écume. Pourquoi êtes-vous avec ceux que Dieu ne veut pas éclairer et non avec ceux qu’il éclaire ? pourquoi vous placez-vous entre la bourgeoisie et le prolétariat pour prêcher à l’un la résignation, c’est-à-dire la continuation de ses maux jusqu’à un nouvel ordre que vos hommes d’affaires retarderont le plus qu’ils pourront, à l’autre des sacrifices qui n’aboutiront qu’à de petites concessions, encore seront-elles amenées par la peur plus que par la persuasion ?

Eh ! mon Dieu, si la peur seule peut les ébranler et les vaincre, mettez-vous donc avec ces prolétaires pour