Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
271
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND


CCCXXXIX

À M. CHARLES DUVERNET, À LA CHÂTRE


Nohant, 22 janvier 1852.


Cher ami,

Je vais à Paris après m’être assurée des intentions qu’on pouvait avoir à mon égard. Elles sont rassurantes, on m’a même expédié un laissez-passer signé Maupas. Je ne veux pas écrire le principal but de mon voyage ; je te le dirai si je te vois auparavant ou au retour. Mais tu peux le deviner. Si je ne réussis pas, je n’aurai du moins rien empiré, et j’aurai fait mon devoir à mes risques et périls.

Je suis dans l’embarras et dans l’inquiétude pour ce billet de six mille francs. Nécessairement, quoique l’affaire reste bonne et solide, les événements ont imprimé un temps d’arrêt à la vente, juste au moment où les bénéfices, consacrés jusqu’ici à payer tous les frais, allaient devenir nets pour moi. Quelque bien qu’elle aille durant le mois prochain, le caissier doute que je puisse restituer les six mille francs au 8 mars. J’en avais trois mille de réservés sur ma bourse particulière ; mais ce voyage qu’il faut que je fasse me les laissera-t-il intacts ? J’en doute, si, comme il est probable, ma négociation prend un certain temps. Donc,