Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

ciété de se transformer sans combat et sans violence. Et pourtant notre idéal, à nous autres, c’était d’arriver à cette transformation sans discorde civile, sans cette guerre impie des citoyens d’une même nation les uns contre les autres. Je vous confesse que, la royauté mise de côté, après ce court et glorieux élan du peuple de Paris, qu’on ne peut pas appeler un combat, mais qui fut bien plutôt une manifestation puissante où quelques citoyens se sont offerts à Dieu et à la France comme une hécatombe sacrée, mon âme ne s’était pas cuirassée au point d’envisager sans horreur l’idée de la guerre sociale. Je ne la croyais pas possible, et elle ne l’est point, en effet, de la part de ce peuple magnanime où les idées sociales ont assez pénétré pour le rendre éminemment pacifique et généreux. Bourgeoisie aveugle et ingrate, qui ne voit point que ces idées l’ont sauvée en février et qui essaye de tourner contre les socialistes une rage factice, excitée par elle dans le sein du peuple ! Caste insensée, téméraire comme une royauté expirante, qui joue sa dernière partie, qui cherche son appui, comme les monarques d’hier, dans la force matérielle, et qui, depuis trois mois, travaille à sa propre perte avec une ardeur déplorable !

D’un bout de la France à l’autre, cette caste se donne le mot d’ordre et ne craint pas de jeter un cri de mort contre ceux qu’elle appelle des factieux, sans songer que ce même peuple, qu’elle provoque contre lui-même, peut perdre en un jour le fruit d’une civi-