Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

à la bourgeoisie. Cette minorité porte dans ses flancs le peuple de l’avenir. Elle est le martyr véritable de l’humanité. Mais, à côté d’elle et autour d’elle, le peuple, même celui qui combat avec elle en de certains jours, est monarchique. Nous qui n’avons pas vu les journées de juin, nous avons cru, jusqu’à ce moment, que les faubourgs de Paris avaient combattu pour le droit au travail. Sans doute, tous l’ont fait instinctivement ; mais voici des élections nouvelles qui nous donnent le chiffre des opinions formulées. La majorité est à un prétendant, ensuite à un juif qui paye les votes, et enfin, en nombre plus limité, aux socialistes. Et, pourtant, Paris est la tête et le cœur des socialistes. De leur côté, les chefs socialistes ne sont ni des héros ni des saints. Ils sont entachés de l’immense vanité et de l’immense petitesse qui caractérisent les années du règne de Louis-Philippe.

Aucune idée ne trouve la formule de la vie. La majorité de la Chambre vote la mort du peuple, et le peuple en masse ne se lève pas sous le drapeau de la République. Il faut à ceux-ci un empereur, à ceux-là des rois, à d’autres des révélateurs bouffis et des théocrates. Nul ne sent en lui-même ce qu’il est et ce qu’il doit être. C’est une effrayante confusion, une anarchie morale complète et un état maladif où les plus courageux se découragent et souhaitent la mort.

La vie sortira, sans aucun doute, de cette dissolution du passé, et quiconque sait ce que c’est qu’une idée ne peut être ébranlé dans sa foi, en tant que