Page:Sand - Le Péché de Monsieur Antoine, Pauline, L’Orco, Calman-Lévy, 18xx, tome 1.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


novembre, quoiqu’on fût en plein été. Mais ce n’étaient pas les brouillards frais et transparents de l’automne, c’était plutôt une fumée suffocante qui s’exhalait de la terre. L’allée où l’industriel marchait à grands pas était bordée, d’un côté, de buissons de rosiers et d’autres fleurs splendides. De l’autre ce n’étaient que débris, planches charriées et entassées en désordre, énormes cailloux roulés par les eaux ; et depuis cette limite où s’était arrêtée l’inondation, jusqu’au lit de la rivière, plusieurs arpents de jardin, couverts d’une vase noire rayée de sables rouges, offraient l’aspect de quelque forêt d’Amérique ravagée et entraînée à demi par les débordements de l’Ohio ou du Missouri. Les jeunes arbres renversés pêle-mêle entrecroisaient leurs troncs et leurs branches dans des flaques d’eau stagnantes, qui ne pouvaient s’écouler sous ces digues fortuites. De belles plantes flétries et souillées faisaient de vains efforts pour se relever, et restaient couchées dans la boue, tandis que, chez quelques autres, la végétation, satisfaite de l’humidité, avait fait déjà éclore, sur des rameaux à demi brisés, des fleurs superbes et triomphantes. Leur senteur délicieuse combattait l’odeur saumâtre des terres limoneuses, et lorsqu’une faible brise soulevait la brume, ces parfums et ces puanteurs étranges passaient alternativement. Une nuée de grenouilles, qui semblaient être tombées avec la pluie, croassaient dans les roseaux d’une manière épouvantable ; et le bruit de l’usine, qu’il n’était pas encore possible d’arrêter, et dont les rouages se fatiguaient en pure perte, causait à M. Cardonnet une impatience fébrile. Cependant le rossignol chantait dans les bocages restés debout, et saluait la pleine lune avec l’insouciance d’un amant ou d’un artiste. C’était pourtant un mélange de bonheur et de consternation, de laideur et de beauté, comme si la puissante nature se fût moquée de pertes ruineuses pour les hommes, légères pour elle