Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome I, 1831.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Enfin, après quelques mois où il vécut pauvre, et travailla pour vivre, Horace se rappela la mort de sa mère, de sa mère dont l’amour renfermait plus de vanité que de vraie tendresse, et que pourtant il avait pleurée avec douleur : car il est des affections qu’en dépit de la raison le cœur ne répudie jamais. Il se vit rentrant en maître dans cette maison où la raideur paternelle l’avait rarement admis à délibérer sur les intérêts communs. Il avait depuis quelque temps abandonné l’état militaire qui n’offrait rien à ses désirs de gloire. Il s’était plu à répandre autour de lui le bonheur qu’il ne connais-