Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome I, 1831.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


une précaution bien différente de celle qu’il avait eue une heure auparavant dans le pavillon.

Cependant la Primerose, après avoir compté et recompté avec une ineffable volupté les pièces d’or qui peuplaient la bourse de Cazalès, s’était plusieurs fois approchée du pavillon. Elle avait collé son oreille à la serrure ; elle avait tâché de glisser son regard au travers des rideaux d’indienne à grandes fleurs qui voilaient discrètement les croisées : toutes ses tentatives avaient été inutiles. Un profond silence régnait partout. Laorens était tombé dans une bienfaisante léthargie au milieu d’un carré de pois dont