Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome I, 1831.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


trouvé dans l’assemblage des fleurs qui le composaient des secrets de bonheur et un langage de mystères. Vous l’avez porté un soir à celle que vous aimiez, vous avez frissonné de bonheur en le voyant attaché sur son sein. Et ces gants qu’elle vous confiait, et dont vous respiriez le parfum avec ivresse ! Les voilà, ce sont eux peut-être que la plus repoussante des créatures essaie et avachit maintenant sur ses mains sèches et flétries. Tous ces chiffons eurent leur jour d’éclat : ils firent plus d’un succès, ils décidèrent de plus d’une destinée ; mais, traînés de fête en fête, ils sont tombés dans la boue, et vous vous