Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome I, 1831.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


donna. Si ça m’ennuie, je fais du scandale, je siffle, je jette des gros sous, j’assomme les opposans ! enfin, je veux m’occuper d’une façon ou d’une autre, comme dit monsieur notre hôte. Viens-tu ?

« — Certainement : pour t’empêcher de faire trop de sottises. »

Le genre de nos pièces de théâtre à la mode serait peu goûté dans cette contrée ardente où les émotions factices ne suffisent pas à l’énergie du sang. Nos mélodrames sanguinolens, et tout au plus les tigres anodins, les lions bénévoles de M. Martin, éveilleraient un cri de plaisir parmi