Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dire à personne il se rendit à Nérac.

Rose avait passé la nuit dans les larmes ; elle dormait depuis peu d’instans, lorsque Mariette vint lui dire que M. Cazalès la demandait au salon.

À ce nom, elle se dressa sur son lit, et se le fit dire deux fois, croyant rêver. Mais en s’habillant elle se trouva plus blessée que charmée de cette visite. Pourquoi venait-il la voir si matin et comme en cachette, lorsqu’il ne daignait pas la traiter comme une simple connaissance devant le public ? Toute la nuit la douleur avait brisé son âme, sa fierté blessée la releva tout d’un coup. Elle se