Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cela vous rend bien raisonnable !

« — J’ai si peu l’intention d’abuser de la confiance qu’on m’accorderait, répondit Rose, que je sais à peine en quoi consistent les avantages que je sollicite ; si j’ai osé le faire, c’est d’après l’avis de Monseigneur : il m’a dit que ne venant point faire mon éducation pour un temps limité dans cette maison honorable (honorable parut un mot de très-mauvais goût à sœur Scholastique), mais me destinant à y passer peut-être une bonne partie de ma vie, je devais m’y installer de manière à m’attacher le plus possible à ma situation.