Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


très-convenable, pas la moindre terreur, pas la plus petite marque d’humilité.

« — Ah ! dit mademoiselle de Craon, les Plunket et les Vigneau vont la détester.

« — Alors, dit mademoiselle Wilhelmina Graboska, grande étrangère, forte, carrée, blonde et flegmatique, nous serons obligées de la mettre de notre société.

« — Ah ! bah ! dit mademoiselle de Craon, ne sommes-nous pas déjà trop ? Et puis, ce n’est qu’une gentilhommerie de campagne, un pigeonnier sur les bords de la Garonne, des aïeux en crac ? Laissons-