Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


besoin ; mais puisque c’est une fille savante qu’il vous faut, c’est une affaire faite ; prenez mon ours, comme disait avant-hier à l’infirmerie un militaire qui nous faisait rire en nous racontant des farces.

« — C’est abominable ! dit Scholastique entre ses dents, et elle quitta la place.

« — Un instant ! dit la supérieure, notre jeune aspirante a beaucoup d’instruction, cela est clair ; mais, ma sœur, vous portez-vous garant de son bon esprit ?

« — De son bon esprit ? dit sœur Olympie, en cherchant à comprendre.

« — Vous savez ce qu’en religion