Page:Sand - Theatre complet 2.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cela !… Mais que dira votre sœur ? car, cette montre, c’est le cadeau de noces qu’elle vous a fait.


ALEXIS.

Aussi, j’en ai fait faire une toute pareille, avant de te donner celle-ci. Tiens, vois ! c’est afin que ma sœur ne sache pas…


VICTORINE.

Ah ! mais il ne faudrait pas tromper votre sœur pourtant !


ALEXIS, voulant échanger les montres, avec un léger ton de reproche.

Si cela ne te fait rien…


VICTORINE, retenant la montre tristement.

Si !… cela me fait beaucoup ! j’aimerais bien mieux l’ancienne… vous me l’aviez confiée la veille du duel ! Vous me disiez : « Tu ne la rendras qu’à moi, qu’à moi, entends-tu ? » Vous vouliez me la laisser en souvenir, dans le cas où vous… Dieu merci, j’ai pu vous la rendre !… Mais comment donc faire ? vous ne devez pas vous en séparer, votre sœur est plus que moi pour vous !


ALEXIS.

N’es-tu pas ma sœur aussi ? Sophie n’est pas jalouse de toi ! Est-ce qu’elle n’approuverait pas l’échange, si je pouvais lui raconter… ?


VICTORINE.

Ah ! oui, le duel ! c’est resté un secret entre votre père et vous, entre mon père et moi… et Fulgence… Ah ! par conséquent, je peux dire à Fulgence que c’est votre montre de jour-là !


ALEXIS, un peu troublé.

À Fulgence ?… Mais… (Avec franchise.) Mais, oui, oui, certainement ! pourquoi pas ? Allons, prends, prends celle-ci, je t’en prie !


VICTORINE, s’attachant la montre.

Ah ! que je suis donc contente ! Voyez donc ! Il me sem-