Page:Sand - Theatre complet 4.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





FRANÇOISE


COMÉDIE EN QUATRE ACTES


Gymnase-Dramatique. — 3 avril 1856




C’est aux éminents artistes du Gymnase-Dramatique qu’il m’est doux d’attribuer le bon accueil que le public a fait à cette pièce. Madame Rose Chéri est un talent hors ligne. Ardent et passionné sous les traits charmants de Diane de Lys, effrayant de vérité sous le calme infernal de madame d’Ange, ce talent si sûr et si souple vient de donner au personnage de Françoise une adorable pureté, une tendresse vraie, des larmes déchirantes.

Berton accuse avec l’exquise délicatesse d’une science consommée, et avec le charme d’une nature d’élite, les agitations plus ou moins profondes du cœur humain. Qu’il soit amoureux ou épris, ambitieux ou repentant, il est toujours l’objet d’une émotion profonde pour le public, et un modèle pour les artistes. L’excellent Ferville est toujours ce type de vérité saine et de haute distinction, que l’on apprécie et que l’on aime dans toutes ses créations.

Dupuis, ce comique si fin et si élégant, vient de trouver dans le rôle d’un homme de cœur des accents de passion généreuse qui lui ont valu un véritable succès. M. et madame Lesueur ont déployé leur remarquable esprit d’observation dans les types comiques de deux parvenus, bonnes gens au fond, mais enivrés de l’espèce de vanité propre au paysan, l’envie de s’égaler à la noblesse. On sent chez Lesueur-Dubuisson le respect instinctif du fils des serfs pour le fils des preux, à travers une affectation de moquerie et de dédain ;