Page:Sand - Theatre complet 4.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



HENRI.

Eh bien, cherche encore, va. (Bas, à Françoise.) Françoise, je veux te parler.


FRANÇOISE.

Eh bien, parle-moi.


MARIE-JEANNE.

Allez ! on vous écoute.


HENRI.

Mais, toi, tu me gênes.


MARIE-JEANNE.

Ah bah ! et depuis quand ?


HENRI.

Depuis que tu es devenue épilogueuse en diable !


MARIE-JEANNE.

Un moment ! Est-ce par la permission de monsieur que vous venez à la Chanterie ? Ne vous a-t-il pas dit avant-hier.


HENRI.

Oui ; mais tu vas voir que j’ai le droit… Françoise (il la fait asseoir à gauche), je compte dire à ton père ce que je vais te confier… Tu peux le lui dire la première… Il s’est assis près d’elle sur un pouf.


FRANÇOISE.

Alors, j’écoute. Comme tu es ému ! (À part.) Et moi aussi… je ne sais pas pourquoi !


HENRI.

Ah ! mon amie ! ceci est le moment le plus sérieux de ma vie ! Je veux me fixer, quitter la folle et sotte existence que je mène depuis cinq ans, je veux quitter le monde, je veux me marier, enfin !


FRANÇOISE, tressaillant.

Toi ?


HENRI.

Est-ce que cela t’étonne beaucoup ?