Page:Sand - Theatre de Nohant.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE DRAC, effrayé, reculant.

Vous voulez me faire du mal !


BERNARD.

Non, crains rien, ça serait lâche, de battre un enfant, et j’ai fini d’être mauvais ; mais faut t’en aller, mon garçon, ou je te mettrai en douceur à la porte.


LE DRAC, à part.

Raillé, méprisé, faible et peureux ! Oh ! qui m’eût dit cela ? (il sort.)


Scène VIII

BERNARD, puis LE DRAC, qui rentre sans bruit et se cache sous l’escalier.


Mon Dieu ! comment que je vas faire pour que Francine n’ait pas peur de moi ? Elle va croire… Ah ! je lui montrerai que je ne suis plus un mécréant. (il se met à genoux devant l’image.)


Scène IX

FRANCINE, RERNARD, LE DRAC, caché.



FRANCINE, sans voir Bernard.

Oui, c’était bien le Cyclope, je l’ai reconnu de loin ; mais pas moyen de savoir… (voyant Bernard.) Ah ! Bernard ! Qu’est-ce que vous faites ici ?


BERNARD, se relevant à demi et lui parlant un genou encore en terre.

Tu vois, Francine, je demande à la bonne Dame de me faire avoir ton pardon.


FRANCINE, embarrassée et méfiante.

Est-ce que ? … J’espère que vous ne vous moquez point ?


BERNARD, se levant tout à fait.

Me moquer ? Ah ! peux tu croire… Mais oui, tu dois croire que je suis capable de ça ! Pourtant, regarde-moi, Francine, il y a du changement en moi, puisque j’ai mérité… (il montre sa croix.)