Page:Sauvage - Tandis que la terre tourne, 1910.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
50
tandis que la terre tourne

Salive une liqueur sur sa petite bouche.
J’écoute dans le calme un murmure de voix ;
Peut-être que j’entends bruisser les planètes
Dans la brise qui vient du large des moissons,
Peut-être qu’en rentrant les abeilles proprettes
Ont laissé leur musique errer dans les buissons.
Les branches d’un tilleul disent des messes basses
À quelque Pansylvain, impalpable et muet,
Les courtilières font ronfler leurs notes grasses,
La grande Ourse paraît danser un menuet.
Quelle étrange fraîcheur glace mon front de rêve
Et tombe sur mes mains ? Je n’ai pas froid. J’attends.
Un malaise confus dans ma poitrine crève.
N’est-ce pas le moment espéré si longtemps
D’un bonheur incertain, si fort qu’on en succombe ?
Une brume s’étend. Nul dieu trouant l’azur
Ne descend vers mon cœur sous forme de colombe
Et mon pied indécis dans l’ombre heurte un mur.