Page:Say - Mélanges et correspondance d’économie politique.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vés en partie par le peu de durée de leur magistrature. Ils s’en seraient garantis s’ils s’étaient donné une constitution domaniale de finances à partage de revenus ; et ils auront à y penser sérieusement quand leurs projets de se rendre indépendans de l’Europe par l’établissement des manufactures les plus généralement utiles aura fait tomber le produit de leurs douanes au-dessous de leurs besoins politiques.

Il suffit, pour l’établissement de cette constitution domaniale, qu’elle pourvoie d’abord à ce qui est le plus strictement nécessaire. Et il ne faut pas s’inquiéter de ce que l’accroissement successif des produits nets et des richesses augmentera toujours le cinquième, le sixième ou le huitième assigné à la république, en même temps que les quatre cinquièmes, cinq sixièmes ou sept huitièmes réservés aux propriétaires des récoltes. Il est très-avantageux que la république s’enrichisse dans la même proportion suivant laquelle elle a été associée à ses membres.

Le nombre des institutions utiles est illimité. Il suffit qu’elles soient proposées chaque année aux trois branches du gouvernement représentatif, et qu’elles en soient approuvées. Il n’y aura plus ensuite qu’à leur en rendre compte