Page:Science et foi.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tème Gratry, sont l’œuvre de démons enfermés dans le coffre humain. Ils tiennent singulièrement à leur caserne et on ne peut les déloger que par les armes théologiques. Donc identité parfaite de la médecine et de la religion, et, par suite, emprunt mutuel des idées et des termes dans la cure de l’âme et dans celle du corps. De là cette merveilleuse fusion de l’idiôme sacré avec le dialecte médical qui est le titre princeps, le trait de génie du grand oratorien.

Ainsi, selon les expressions mêmes du Révérend père, la pathologie de l’âme, le cancer de la moëlle de l’âme seraient traités par les amers, les drastiques, les désopilants ; et la fièvre, le le typhus ou la phtisie par l’eau bénite, les exorcismes, les neuvaines, en un mot « par l’étincelle divine ». Rien ne pourra tenir devant la puissance de cette méthode iatrique. Les affections les plus rebelles seront instantanément domptées, l’auteur en donne l’assurance. Qui oserait douter de sa parole ?

« Nous croyons, dit en toute humilité le Père Gratry, nous croyons avoir posé les bases de la psychologie et de la physiologie. Efforcez-vous de comprendre les thèses que j’ai établies sur ce point. Elles n’ont point été attaquées ».

Attaquées, ô ciel ! Quelle si noire ingratitude voudrait payer d’une telle monnaie les bienfaits de cette incomparable physiologie ! Efforçons-nous de la comprendre, selon les conseils du maître et si c’est absolument impossible, adorons du moins de si grandes merveilles. En voici le moindre échantillon.

« Est-ce qu’on n’a pas vu » crie avec enthousiasme le Père Gratry « est-ce qu’on n’a pas vu des morts produites en quelques instants par l’imagination seule ? Eh ! bien, si l’imagination peut produire la mort, pourquoi ne pourrait-elle pas produire la vie ? »

Gardons-nous de lui répondre, par cette raillerie dont serait peut-être tenté le vulgaire « On a vu des morts subites produites par un boulet de canon ? Eh ! bien ! Si un boulet de canon peut produire la mort, pourquoi ne pourrait-il pas produire la vie ? » Non ! ce serait méconnaître une pensée profonde. Notre grand mystagogue fait évidemment allusion à ces milliers et milliers d’heureux époux qui sont pères de leurs enfants par pure imagination.

La physiologie du Révérend a ici pour but manifeste de généraliser le mode tout chrétien de reproduction qui nous