Page:Science et foi.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vient en droite ligne du Saint-Esprit. Il faut convenir que depuis cette divine opération le procédé vulgaire est resté choquant pour les âmes chrétiennes. On avait bien proposé de faire les enfants par les oreilles, mais cette chaste idée n’a pas eu de suites. Fidèle à la sainte méthode d’amalgame, le pudibond oratorien a voulu introduire l’immaculée conception dans la physiologie. Il ne fallait pas moins pour la purger des souillures du matérialisme.

Matérialisme ! la bête de l’apocalypse ! L’archange Gratry a tiré son glaive de flammes pour la terrasser. Par la masse ! qu’il est terrible aux impies ! son livre « les Sources » appelle l’exécration de l’univers sur le doyen de la faculté de médecine qui, en 1850, recommandait aux étudiants la lecture de Cabanis et de Condillac. Du haut de son tricorne, il foudroie toute impureté capable de troubler l’eau claire de l’enseignement orthodoxe. Écoutez ce nouveau saint Bernard doublé de saint Michel :

« Il faut ôter le scandale et l’obstacle de ce grand art (la médecine), savoir : le matérialisme. Je ne veux qu’un exemple. J’ouvre le dictionnaire médical le plus répandu et je trouve au mot idée cette définition « L’idée est le mode d’activité propre à chaque partie du cerveau. L’idée simple est le résultat d’action d’une seule partie cérébrale L’idée composée est le résultat commun de l’action de plusieurs parties. » N’est-il pas évident que la critique n’a pas assez de sifflets ni de fouets pour siffler et pour flageller et pour chasser du temple de la science la risible et pitoyable audace qui ose écrire ces platitudes dénuées de sens ? »

Cette tirade a certainement sa teinte d’évangélisme, mais pâle, bien pâle. On voit que l’orateur sort parfois, de l’Église et va s’affadir chez les profanes. C’est un tort. Qui se frotte à la caque finit par sentir le hareng. Pourquoi ne pas se désaltérer aux seules sources pures, la Bible, les bulles papales, les mandements épiscopaux ? Il fallait s’écrier avec le fulgurant laconisme de l’Écriture : « Taisez-vous, polissons ! Sortez, canaille, fils de Bélial, race de vipères ! » Voilà le grand style, le style mandementaire ! Lisez les Évêques, Père Gratry, lisez les Évêques, vous ne lisez pas assez les Évêques.

Quant à chasser les intrus du temple de la science, comme vous n’y avez pas vos entrées, je vous conseille d’attendre ces Messieurs derrière la porte, avec un bon manche de croix