Page:Science et foi.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mauvaise foi. En tout cas, le Père Gratry a une excuse ; il avait l’esprit percé. Cela gêne les fonctions d’un organe. Enfin, il a retiré la flèche. Après vingt ans de séjour dans la plaie, c’est une cure remarquable.

Mais s’il est innocent du péché de mensonge, péché véniel après tout, il ne l’est pas d’un péché capital, l’orgueil, et d’un autre encore, l’incrédulité. Ah ! mécréant, l’Évangile est absurde, s’il fait tomber les étoiles du ciel ! Et quand même ce serait absurde, est-ce une raison pour n’y pas croire ? au contraire. Credo quia absurdum. Depuis quand ne croyez-vous qu’aux choses rationnelles ? infortuné chasseur, voilà un de vos lièvres décampé, tandis que vous poursuivez l’autre.

Qu’alliez-vous faire, hélas ! dans la galère scientifique ? Et qu’y avez-vous déniché ? « des nébuleuses en spirales instables, tombant ou tombées sur le centre par toutes les lignes d’étoiles. » – Miséricorde ! en lorgnant vos nébuleuses, vous êtes tombé vous-même de votre long sur le centre, et vous avez dû voir trente-six millions d’étoiles.

Buvez un verre d’eau, ça ne sera rien. Le bon Dieu vous a puni d’avoir trouvé vingt ans l'Évangile absurde, et, entre nous, je crains qu’il ne vous garde encore quelque fâcheux croc-en-jambe pour votre excès de modestie. « J’aurai, dites-vous, assez vécu pour voir moi-même, par mes propres yeux, l’Évangile palpablement réalisé en ce point qui semblait impossible. »

Ainsi donc, c’est vous qui avez désabsurdifié l’Évangile, et sans vos nébuleuses tombantes, il restait condamné à l’absurde in perpetuum ! Ceci est grave, car vous n’aviez plus l’esprit percé quand vous avez lâché cette spirale.

Le Père Gratry me donne de vives inquiétudes. Il a complètement égaré sa foi dans les carrefours de l’Espace. Il ne croit pas à l’omnipotence divine. Absurde, que Dieu fasse tomber les étoiles chez nous ! Saint Jean ne nous dit-il pas : « Les étoiles du ciel tomberont sur la terre, comme un figuier, agité par un grand vent, jette ça et là ses figues vertes.

Ajoutons : « et ses figues mûres », qui ont bien autant de raison de choir que les vertes… Doucement, doucement, ce n’est pas sûr, j’ai parlé trop vite. Les figues vertes pourraient bien avoir la queue plus cassante. En y songeant mieux, c’est assez mon avis. Jean tout court en sait plus que Gros Jean. Ne versons pas dans l’insupportable orgueil de ce père Gratry qui se scandalise de l’Écriture Sainte.