Page:Scribe et Mélesville - La Chatte métamorphosée en femme, 1858.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Scène V.

GUIDO, seul en répétant.


Ne dérangez pas le monde,
Mais du contraire on le remet
Comme il était !

(Tenant l’amulette et faisant un pas vers le lit.)

Ô Minette ! chère Minette !
Moment d’espoir et de bonheur !

(S’arrêtent avec trouble.)

Hé ! mais une crainte secrète…
On dirait que j’ai peur !

(S’excitant.)

Non ! non !
INVOCATION.
Ô Dieu puissant du Gange !
Toi par qui tout se change,
Celle que j’aime est là,
À mes jeux, montre-la,
Brahma ! Brahma ! Brahma !

(En prononçant ces mots, il frotte la bague, et tout à coup les rideaux du lit s’ouvrent sur un roulement de timbales.)


Scène VI.

GUIDO, MINETTE, en jeune fille vêtue de blanc, couchée sur le lit et endormie.



GUIDO, très ému, parlant.

Une femme ! ô prodige !

(Elle s’éveille, se regarde avec étonnement et descend du lit.)

DUO.

GUIDO, n’osant s’approcher.
Ô la plus charmante des chattes !…
Elle est bien mieux comme cela.

MINETTE, faisant quelques pas avec crainte.
Hier, je marchais à quatre pattes,
Et sur mes deux pieds me voilà.

GUIDO.
Je n’ose lui parler.

MINETTE, étendant ses bras dont elle semble chercher la fourrure.
Je n’ose lui parler. Plus rien !

(Les regardant.)

Et cependant… c’est mieux ! c’est bien !

GUIDO.
Pst, pst !… Minette.

MINETTE, se retournant.
Pst, pst !… Minette. Qui m’appelle ?
C’est mon maître ! Guido !…

GUIDO, enchanté.
C’est mon maître ! Guido !… Mon nom…
Elle se le rappelle.

(Minette lui tend sa main.)

Ah ! que c’est doux ! ah ! que c’est bon !

MINETTE.
Dieux ! quelle existence nouvelle !

(Touchant sa tête.)

Mille sentiments nouveaux ! là !…

(Touchant son cœur.)

Puis là…
Qui donc m’expliquera
Ce miracle qui me confond.
Oh ! comme il bat ! Guido ! qui suis-je donc ?…

GUIDO.
Ce que le ciel a formé de plus beau !…
Un diamant, une perle, un joyau,
Une fleur qui charme notre âme ;
Une femme enfin !… une femme !…

MINETTE.
Une femme, moi ! quel bonheur !

GUIDO.
Oui, je lis dans ton cœur,
Allons-nous être heureux !…
Vivre ensemble ! toujours… tous deux !
Tout ce que tu voudras,
Tu l’obtiendras.
Demande ce qui peut te plaire.
Que veux-tu d’abord ?

MINETTE.
Que veux-tu d’abord ? Un miroir !…

GUIDO.
Un miroir !…

(Souriant.)

C’est une femme, la chose est claire.

MINETTE.
Je veux me voir.

GUIDO.
Dans un instant.

(À lui-même.)

Serrons bien mon cher talisman.

(Il met l’amulette dans le coffre et va prendre un petit miroir de toilette.)


MINETTE.
Eh bien donc ?

GUIDO.
Eh bien donc ? Le voilà.

MINETTE.
Ah !

GUIDO.
Ah !
Ensemble.

(Pendant cet ensemble Minette regarde devant et derrière le miroir en jouant comme les chats.)


MINETTE.
Est-ce bien moi
Que j’aperçois ?