Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

à la portée des mains les plus grossières, exposés aux vers, à la moisissure, à la poussière, à l’incendie, livrés à tous les risques et à tous les hasards, jaunissant et dépérissant jusqu’à ce qu’il plût à l’avarice de quelques histrions de ne plus leur marchander l’immortalité !

Le 29 juin 1613, le feu prit au théâtre du Globe ; le vieil édifice de bois fut détruit de fond en comble, et plusieurs comédiens de la troupe, Burbage, Héminge, Condell et Rowley, faillirent être enveloppés par les flammes. Des manuscrits précieux furent-ils abandonnés au fléau dans la précipitation de ce sauve-qui-peut ? On l’ignore, et la chose est au moins vraisemblable. Ce qui est certain, c’est qu’il y avait dans ce sinistre un avertissement terrible dont il ne fut pas tenu compte. La Compagnie des Servlteurs du Roi continua de représenter les pièces du maître, en en prohibant l’impression. Et Shakespeare, emporté avant l’heure, eut la cruelle douleur de mourir sans avoir pu assurer la perpétuité de son œuvre.

Le 23 avril 1616, vingt et une de ses pièces les plus célèbres restaient manuscrites ; c’étaient les Deux gentilshommes de Vérone, Mesure pour Mesure, le Conte d’hiver, Comme il vous plaira, la Comédie des erreurs, la Sauvage apprivoisée, Tout est bien qui finlt bien, le Soir des Rois, le Roi Jean, les trois parties de Henry VI, Henry VIII, Coriolan, Timon d’Athènes, Jules César, Cymbeline, Antoine et Cléopâtre, Othello, Macbeth, la Tempête ! Qu’allait devenir cet inappréciable dépôt ? Le silence que Shakespeare garde sur ce point dans son testament prouve évidemment qu’il ne se reconnaissait plus aucun droit sur les ouvrages livrés par lui au théâtre. Il se borne à léguer un souvenir à chacun de ses trois camarades, Burbage, Héminge et Condell, — se fiant sans doute au dévouement de « ces amis » pour la prompte et scrupuleuse publication de ses œuvres. Hélas ! ces amis devaient subordonner toute considération