Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

vite qu’Apollon, toi qui peux forcer le roi — à être le vassal de sa sujette, et induire — la gravité surannée à danser !… Le vieux garçon chauve, — dont la jeunesse, comme un enfant espiègle traversant un feu de joie, — a échappé à tes flammes, tu l’attrapes à soixante-dix ans — et tu lui fais écorcher au hoquet de sa voix chevrotante — de jeunes chansons d’amour. Quel est le divin pouvoir — sur qui tu n’aies pas de pouvoir ? À Phébus tu — ajoutes des flammes, plus ardentes que les siennes ; les feux du ciel — ont brûlé son fils mortel, les tiens l’ont brûlé, lui ! La Chasseresse, — humide et froide, fut surprise, dit-on, à jeter — son arc et à soupirer ! Admets-moi dans tes grâces, — moi, ton soldat dévoué, moi qui porte ton joug — comme une couronne de roses, bien qu’il soit plus lourd — que le plomb même et plus piquant que l’ortie ! — Je n’ai jamais récriminé contre ta loi ; — je n’ai jamais révélé de secrets, n’en connaissant aucun, et j’eusse fait — de même, les connaissant tous ; je n’ai jamais entrepris — la femme d’un autre, ni lu les libelles — des beaux esprits ; je n’ai jamais, à de grands festins, — cherché à séduire une beauté, mais j’ai rougi — au sourire des petits-maîtres qui le faisaient ; j’ai été dur — envers les libertins bavards, et leur ai demandé vivement : — s’ils avaient des mères ; j’en avais une, moi ! une femme ! — et c’étaient toutes les femmes qu’ils outrageaient ! J’ai connu un homme — de quatre-vingts hivers, leur disais-je, qui — épousa une fille de quatorze ans… Déesse, tu as le pouvoir — de donner vie à la poussière !… Les crampes séniles — avaient tordu en cercle son pied carré ; — la goutte avait noué ses doigts ; — d’atroces convulsions avaient presque soustrait — aux globes de ses yeux leurs orbites ; en sorte que tout ce qui était vie — en lui semblait une torture. Ce squelette — eut de cette jeune et belle compagne un garçon, et moi, — j’affirmais qu’il était bien son fils, car elle jurait qu’il l’était, — et com-