Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

champs en étaient illuminés ; et près de sa bannière était porté son pennon, riche flamme d’or, sur laquelle apparaissait le Minotaure qu’il avait tué en Crète. Ainsi chevauchait ce duc, ainsi chevauchait ce conquérant, au milieu de son armée, la fleur de la chevalerie. Enfin il arriva devant Thèbes et s’installa bellement dans la plaine pour y offrir la bataille. Pour abréger le récit, il se battit avec Céron, qui était roi de Thèbes, et le tua vaillamment, comme un chevalier, en rase campagne, et mit ses gens en fuite ; puis, par assaut, il s’empara de la cité, et il en détruisit les murailles, les défenses et les chevrons, et il rendit aux dames les corps de leurs maris tués, afin qu’elles procédassent aux funérailles, selon la coutume.

Je n’insisterai pas sur les grandes lamentations que firent retentir les dames au brúlement des corps, et sur les grands honneurs que le noble conquérant Thésée rendit aux dames, quand elles le quittèrent. Parler brièvement est mon intention.

Quand ce digne duc, ce Thésée eut ainsi tué Créon et conquis Thèbes, il se reposa toute la nuit sur le champ de bataille, et fit de la contrée tout ce qu’il voulut. Après le combat et la déconfiture, les pillards se mirent en devoir de dépouiller les cadavres entassés et de leur enlever leurs armures et leurs vêtements. Alors il advint que, dans le monceau, ils trouvèrent deux jeunes gens, couverts de blessures sanglantes, gisant côte à côte, dans les bras l’un de l’autre, et richement équipés : de ces deux jeunes gens, l’un se nommait Arcite, et l’autre avait nom Palémon. Ils n’étaient ni tout à fait vivants, ni tout à fait morts. À leur cotte d’armes. À leur accoutrement, les hérauts les reconnurent tous deux spécialement comme étant princes du sang royal de Thèbes et enfants de deux sœurs. Les pillards les avaient arrachés du tas, et les avaient doucement transportés à la tente de Thésée ; et lui, ne voulant pas