Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tus est de Shakespeare, et de Shakespeare seul. Anathème aux incrédules !

J’ai résumé brièvement les contradictions des experts. Maintenant, de quel côté est la vérité ? Est-elle avec ceux qui, comme Johnson, ne reconnaissent nullement Shakespeare dans Titus Andronicus, ou bien avec ceux qui, comme M. Knight, prétendent que Shakespeare est l’unique et primitif auteur de ce drame ? Ni les uns ni les autres ne me paraissent être dans le vrai. Il est évident pour moi que Shakespeare seul a pu écrire certaines scènes de Titus, comme il est clair qu’il n’a pas pu écrire certaines autres. Titus Andronicus, pas plus que Henry VI, n’est une œuvre homogène. D’étranges beautés y apparaissent à côté des plus tristes platitudes. À travers une scène médiocre, soudain étincelle un trait splendide. À côté du vulgaire, voici le grand. À côté du niais, voilà presque du sublime. Comment méconnaître ce contraste ? Le cerveau qui a conçu cet emphatique et fastidieux prologue où les deux frères Saturninus et Bassianus se disputent l’empire, a-t-il pu rêver cette scène si singulièrement belle où Titus, à bout de souffrances, réclame du ciel la justice que lui refuse la terre, en visant de ses flèches suppliantes les inexorables constellations ?

Partout, dans Titus Amlronicus, je découvre deux styles distincts, — deux styles, c’est-à-dire deux hommes.

Cette impression, produite par un examen attentif de Titus Andronicus, est-elle justifiée par les faits qui ont été recueillis jusqu’ici sur les origines de ce drame ? Nous allons le voir. Tout d’abord une tradition considérable vient à l’appui de ma conclusion. Ravenscroft, remaniant sous Jacques II Titus Andronicus, dit dans une préface publiée en 1687 : « Un ancien familier des théâtres m’a affirmé que ce drame ne fut pas originairement composé par Shakespeare, mais proposé pour la scèné par un auteur ano-