Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 2.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pements et les digressions même de l’action. Ici les scènes se succèdent, non par un enchaînement organique, mais par une juxtaposition purement chronologique. Les personnages défilent, les uns après les autres, sous nos yeux, et disparaissent pour la plupart avec les épisodes dont ils sont les agents. Des seize figures nécessaires à l’ensemble du drame, six seulement sont réunies devant nous au dénoûment. Shakespeare, dans ses œuvres incontestées, procède tout différemment : il s’attache à grouper dans la conclusion les rôles essentiels à l’action. La disparition de Mercutio au milieu de Roméo et Juliette, celle d’Antigone au milieu du Conte d’hiver, celle de Polonius au milieu d’Hamlet, constituent, il est vrai, d’éclatantes exceptions à cette règle, mais ces rares exceptions sont spécialement justifiées par les nécessités souveraines de l’intrigue.

Une autre particularité de Périclès est le recours à la pantomime. La pantomime est un mode de représentation absolument primitif qui caractérise l’enfance de l’art dramatique. Elle forme l’élément principal des spectacles offerts aux générations du quatorzième et du quinzième siècle. On la retrouve dans la plupart des Mystères de l’âge féodal, dans les Momeries qui distrayaient la cour d’Édouard III, dans les Moralités qu’encourageait Henry VII et jusque dans les Mascarades somptueuses dont s’égayait le tragique Henry VIII. Elle tient une large place dans les compositions mixtes qui, à l’époque de la Renaissance, amènent et précèdent la formation du théâtre moderne. Elle s’impose alors, chose étrange ! aux œuvres de l’antiquité classique révélées par la traduction. Elle envahit notamment les dix tragédies de Sénèque, traduites de 1559 à 1566, par Jasper Heywood. Elle s’insinue jusque dans les Phéniciennes d’Euripide, reproduites par Gascoygne, en 1566, sous le titre de Jocaste. Elle s’étale en tête de chacun des cinq actes du Gorboduc de lord Buckhurst (1561). Beaucoup