Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 2.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

des futurs éditeurs de l’in-folio de 1623, acquiert le droit de publier l’œuvre du maître, le fait dûment enregistrer au Stationers*Hall, le 2 mai, puis le cède au libraire Gosson qui édite la pièce en 1609, sous cette rubrique prolixe : La pièce récente et fort admirée, appelée Périclès, prince de Tyr, avec la véritable relation de toute l’histoire, aventures et destinées dudit prince, ainsi que des non moins étranges et rares accidents de la vie et de la naissance de sa fille Marina. Comme elle a été sauventes fois jouée par les serviteurs de Sa Majesté, au Globe sur le Bankside, par William Shakespeare.

Deux éditions paraissent coup sur coup dans le courant de l’année 1609. Puis Gosson transmet le droit de publication à l’éditeur S. S. (Simon Stafford ?) qui, en 1611, met en vente une nouvelle édition. À son tour, S. S. repasse ce même droit à Thomas Pavier qui réimprime l’œuvre en 1619. Chacune de ces éditions porte en toutes lettres le nom de Shakespeare.

Comment donc se fait-il que ce Périclès, publié avec tant d’éclat sous la signature de Shakespeare et du vivant même de Shakespeare, ait été exclu par Héminge et Condell du grand in-folio de 1623 ? C’est là un mystère qu’il n’est pas aisé d’éclaircir. La conjecture la plus probable est que Thomas Pavier n’a pas voulu céder aux éditeurs de l’in-folio le monopole d’un ouvrage dont le succès était une véritable fortune et qui se réimprimait encore fructueusement en 1630 et en 1635. Toujours est-il que cette omission de Périclès par l’in-folio de 1623, — omission qui peut fort bien s’expliquer par un empêchement purement commercial, — a soulevé au siècle dernier une grosse polémique littéraire. Les critiques pour qui l’in-folio de 1623 est une infaillible autorité, n’hésitèrent pas à déclarer apocryphe une production qui n’avait pas été réimprimée dans cet in-folio. Pope, dans sa célèbre préface, la