Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/224

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ou serait morte de douleur, si elle n’avait pu la suivre. Elle est à la cour, où son oncle l’aime autant que sa propre fille, et jamais deux dames ne s’aimèrent comme elles s’aiment.

OLIVIER.—Où doit vivre le vieux duc ?

CHARLES.—On dit qu’il est déjà dans la forêt des Ardennes, et qu’il a avec lui plusieurs braves seigneurs qui vivent là comme le vieux Robin Hood d’Angleterre : on assure que beaucoup de jeunes gentilshommes s’empressent tous les jours auprès de lui, et qu’ils passent les jours sans soucis, comme on faisait dans l’âge d’or.

OLIVIER.—Ne devez-vous pas lutter demain devant le nouveau duc ?

CHARLES.—Oui vraiment, monsieur, et je viens vous faire part d’une chose. On m’a donné secrètement à entendre, monsieur, que votre jeune frère Orlando avait envie de venir déguisé s’essayer contre moi. Demain, monsieur, je lutte pour ma réputation, et celui qui m’échappera sans avoir quelque membre cassé, il faudra qu’il se batte bien. Votre frère est jeune et délicat, et je ne voudrais pas, par considération pour vous, lui faire aucun mal ; ce que je serai cependant forcé de faire pour mon honneur s’il entre dans l’arène. Ainsi, l’affection que j’ai pour vous m’engage à vous en prévenir, afin que vous tâchiez de le dissuader de son projet, ou que vous consentiez à supporter de bonne grâce le malheur auquel il se sera exposé ; il l’aura cherché lui-même, et tout à fait contre mon inclination.

OLIVIER.—Je te remercie, Charles, de l’amitié que tu as pour moi, et tu verras que je t’en prouverai ma reconnaissance. J’avais déjà été averti du dessein de mon frère, et sous main j’ai travaillé à le faire renoncer à cette idée ; mais il est déterminé. Je te dirai, Charles, que c’est le jeune homme le plus entêté qu’il y ait en France, rempli d’ambition, jaloux à l’excès des talents des autres, un traître qui a la lâcheté de tramer des complots contre moi, son propre frère. Ainsi, agis à ton gré ; j’aimerais autant que tu lui brisasses la tête qu’un doigt, et tu feras bien d’y prendre garde ; car si tu ne