Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


si près l’amitié, on finit bientôt par mêler les personnes : j’ai en moi un tremor cordis : mon cœur bondit ; mais ce n’est pas de joie, ce n’est pas de joie.—Cet accueil peut avoir une apparence honnête : il peut puiser sa liberté dans la cordialité, dans la bonté du naturel, dans un cœur affectueux, et être convenable pour qui le montre : il le peut, je l’accorde. Mais de se serrer ainsi les mains, de se serrer les doigts comme ils le font en ce moment, et de se renvoyer des sourires d’intelligence, comme un miroir ; et puis de soupirer comme le signal de mort du cerf : oh ! c’est là un genre d’accueil qui ne plaît ni à mon cœur, ni à mon front.—Mamilius, es-tu mon enfant ?

MAMILIUS.—Oui, mon bon seigneur.

LÉONTES.—Vraiment ! c’est mon beau petit coq. Quoi ! as-tu noirci ton nez ? On dit que c’est une copie du mien. Allons, petit capitaine, il faut être propre. Je veux dire propre[1] au moins, capitaine, quoique ce mot s’applique également au bœuf, à la génisse et au veau. Quoi, toujours jouant du virginal[2] sur sa main. (Observant Polixène et Hermione.) (A son fils.) Mon petit veau, es-tu bien mon veau ?

MAMILIUS.—Oui, si vous le voulez bien, mon seigneur.

LÉONTES.—Il te manque la peau rude et cette crue que je me sens au front pour me ressembler parfaitement.—Et pourtant, nous nous ressemblons comme deux œufs : ce sont les femmes qui le disent, et elles disent tout ce qu’elles veulent. Mais quand elles seraient fausses, comme les mauvais draps reteints en noir, comme les vents, comme les eaux ; fausses comme les dés que désire un homme qui ne connaît point de limite entre le tien et le mien ; cependant il serait toujours vrai de dire que cet enfant me ressemble. Allons, monsieur le page, regardez-moi avec votre œil bleu-de-ciel.—Petit

  1. Équivoque sur le mot neat qui veut dire bétail à cornes et propre, gentil.
  2. Espèce d’épinette. Un livre des leçons de cet instrument ayant appartenu à la reine Élisabeth existe encore.