Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


yeux l’insecte abhorré, et si on lui fait connaître ce qu’il a bu, il s’agite alors, il tourmente et son gosier et ses flancs de secousses et d’efforts.—Moi j’ai bu et j’ai vu l’araignée.—Camillo le secondait dans cette affaire ; c’est lui qui est son entremetteur.—Il y a un complot tramé contre ma vie et ma couronne.—Tout ce que soupçonnait ma défiance est vrai.—Ce perfide scélérat que j’employais était engagé d’avance par l’autre : il lui a découvert mon dessein ; et moi, je reste un simple mannequin dont ils s’amusent à leur gré.—Comment les poternes se sont-elles si facilement ouvertes ?

LE COURTISAN.—Par la force de sa grande autorité, qui s’est fait obéir ainsi plus d’une fois d’après vos ordres.

LÉONTES.—Je ne le sais que trop.—Donnez-moi cet enfant. (A Hermione.) Je suis bien aise que vous ne l’ayez pas nourri ; quoiqu’il ait quelques traits de moi, cependant il y a en lui trop de votre sang.

HERMIONE.—Que voulez-vous dire ? Est-ce un badinage ?

LÉONTES.—Qu’on emmène l’enfant d’ici : je ne veux pas qu’il approche d’elle ; emmenez-le.—Et qu’elle s’amuse avec celui dont elle est enceinte ; car c’est Polixène qui vous a ainsi arrondie.

HERMIONE.—Je dirais seulement que ce n’est pas lui, que je serais bien sûre d’être crue de vous sur ma parole, quand vous affecteriez de prétendre le contraire.

LÉONTES.—Vous, mes seigneurs, considérez-la, observez-la bien ; dites si vous voulez : C’est une belle dame, mais la justice qui est dans vos cœurs vous fera ajouter aussitôt : C’est bien dommage qu’elle ne soit pas honnête ni vertueuse ! Ne louez en elle que la beauté de ses formes extérieures, qui, sur ma parole, méritent de grands éloges ; mais ajoutez de suite un haussement d’épaules, un murmure entre vos dents, une exclamation, et toutes ces petites flétrissures que la calomnie emploie ; oh ! je me trompe, c’est la pitié qui s’exprime ainsi, car la calomnie flétrit la vertu même.—Que ces haussements d’épaules, ces murmures, ces exclamations surviennent et se placent immédiatement après que vous aurez dit : Qu’elle est belle ! et avant que vous puissiez ajouter :