Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lâche, je le damnerais déjà dans ce monde.—Si son honneur est souillé… j’ai trois filles ; l’aînée a onze ans, la seconde neuf, et la cadette environ cinq : si cette accusation se trouve fondée, elles me le payeront, sur mon honneur ; je les mutile toutes trois : elles ne verront pas l’âge de quatorze ans pour enfanter des générations bâtardes : elles sont mes cohéritières, et je me mutilerais plutôt moi-même que de souffrir qu’elles ne produisent pas des enfants légitimes.

LÉONTES.—Cessez ; plus de vaines paroles ; vous ne sentez mon affront qu’avec des sens aussi froids que le nez d’un mort : mais moi, je le vois, je le sens ; sentez ce que je vous fais, et voyez en même temps la main qui vous touche[1].

ANTIGONE.—Si cela est vrai, nous n’avons pas besoin de tombeau pour ensevelir la vertu : il n’y en a pas un seul grain pour adoucir l’aspect de cette terre fangeuse.

LÉONTES.—Quoi ! ne m’en croit-on pas sur parole ?

LE SEIGNEUR.—J’aimerais bien mieux que ce fût vous qu’on refusât de croire sur ce point, seigneur, plutôt que moi, et je serais bien plus satisfait de voir son honneur justifié que votre soupçon, quelque blâmé que vous en pussiez être.

LÉONTES.—Eh ! qu’avons-nous besoin aussi de vous consulter là-dessus ? Que ne suivons-nous plutôt l’instinct qui nous force à le croire ? Notre prérogative n’exige point vos conseils : c’est notre bonté naturelle qui vous fait cette confidence ; et si (soit par stupidité, ou par une adroite affectation) vous ne voulez pas ou ne pouvez pas goûter et sentir la vérité comme nous, apprenez que nous n’avons plus besoin de vos avis. L’affaire, la conduite à suivre, la perte ou le gain, tout nous est personnel.

ANTIGONE.—Et je souhaiterais, mon souverain, que vous eussiez jugé cette affaire dans le silence de votre jugement, sans en rien communiquer à personne.

  1. Il y avait ici quelque geste indiqué pour l’acteur, peut-être celui de mettre deux doigts sur la tête d’Antigone en forme de cornes.